Vote en ligne pour le Prix de Constructeur/-trice de ponts*

À l’occasion du 25ème anniversaire de l’association NCBI Suisse, 25 personnes ou groupes en Suisse seront honorées pour leur engagement en tant que personnes publiques (avec ou sans référence à NCBI) ou dans le cadre de leurs projets dans les domaines suivants :

 

– Élimination des préjugés : en particulier le racisme, la xénophobie, l’hostilité envers les musulmans ou les juifs, l’asile, la protection contre la discrimination

– la prévention de la violence : en particulier le courage civil, la résolution des conflits, la médiation, le droit de l’enfant à une éducation sans violence

– Intégration : en particulier l’autonomisation et le déploiement de personnes clés et de modèles de rôle issus de l’immigration, la mise à jour des idées sur les identités suisses.

– Les enfants et les jeunes qui s’engagent sur les thèmes ci-dessus, en groupe ou individuellement.

 

Les gagnant-e-s seront reconnu-e-s publiquement et récompensé-e-s par des Prix.

Pour vous permettre de mieux connaître ces personnes, nous avons créé des portraits de 51 personnes et groupes très motivés et engagés. 

Vous pouvez voter pour vos 10 candidat-e-s préférées jusqu’au 21 juin 2020 en lisant d’abord les portraits, puis en sélectionnant vos candidat-e-s et en entrant votre adresse email dans le formulaire ci-dessous. 

 

ATTENTION : Chaque personne ne peut voter qu’une seule fois

 

Days
Hours
Minutes
Seconds

1.Adina Rom veut promouvoir l’apprentissage commun

Pourquoi mérite-t-il le Prix NCBI de la bâtisseuse de ponts 2020 ?

Adina Rom s’engage pour un monde plus juste à travers son engagement scientifique dans la coopération au développement. À l’ETH, elle dirige l’initiative « ETH for Development (ETH4D) », qui vise à résoudre les défis mondiaux de manière durable par l’innovation et à promouvoir les échanges avec les chercheurs -euses et les étudiant-e-s du Sud. Avec son entreprise « Policy Analytics », elle aide les organisations sociales à comprendre et à améliorer leur impact en utilisant des méthodes de pointe et à créer une culture d’apprentissage afin que les erreurs et les échecs puissent être utilisés comme des opportunités. Elle crée ainsi des ponts entre les chercheurs-euses et les étudiant-e-s de Suisse et du Sud, ainsi qu’entre la recherche et la pratique.

Pendant des années, elle a également organisé, avec l’équipe de Jom Ijun, une journée d’apprentissage progressif des juifs, avec des sujets et des ateliers passionnants, afin de jeter des ponts et de faire réduire les préjugés. Auparavant, elle était active comme co-responsable d’un workshop NCBI. Lors de ces journées d’apprentissage, de nombreuses personnes se rencontrent, apprennent à connaître et à apprécier d’autres points de vue et ainsi à surmonter leurs stéréotypes. C’est pourquoi Adina Rom mérite le prix de la bâtisseuse de ponts 2020.

 

Adina Rom, Zürich, Catégorie d'âge : plus de 30 ans

2.Amine Diare Conde aborde les gens sans préjugés

Pourquoi mérite-t-il le Prix du bâtisseur de ponts 2020 du NCBI ?

Amine Diare Conde est arrivé en Suisse comme mineur il y a environ 5 ans, mais sa demande d’asile a été rejetée à sa majorité. Cependant, il est toujours en Suisse et attend la réponse à une demande. Depuis lors, il travaille pour l’intégration et les besoins des migrants. Il veut soutenir les personnes qui ne sont pas prises en considération par le système. La seule chose pertinente pour lui est le besoin. Amine fait partie de diverses organisations et, en tant que constructeur de ponts, il est actif dans de nombreux projets passionnants, entre autre à l’Autonome Schule Zürich, Glocal Roots, voCHabular ou le projet NCBI « Our Voices ».

Amine Diare Conde a le talent de rassembler les gens. Depuis le début du Corona virus, il a fondé le projet d’aide d’urgence « Food for All », dans le cadre duquel plus de 1000 portions de nourriture sont régulièrement distribuées aux nécessiteux, y compris dans les abris d’urgence pour les réfugiés rejetés. Amine a rapidement mis en place un vaste réseau de bénévoles pour aider à distribuer la nourriture. Avec humilité, il a facilité les choses du matin au soir, en organisant, en prenant le rôle de médiateur et en aidant. Cela a donné naissance à l’un des plus importants et des plus grands projets sociaux bénévoles à Zurich. Il a su s’engouffrer dans la brèche où les gens souffrent particulièrement de l’isolement (qui est induit par le Covid-19) ainsi que des conditions de vie précaires : par exemple, les sans-papiers qui ne peuvent plus travailler et n’ont donc plus de revenus, et qui se sont retrouvés dans des situations encore plus délicates.

Amine – malgré sa propre situation difficile en tant que demandeur d’asile rejeté – travaille sans relâche pour les plus faibles. Il mérite le Prix des constructeurs de ponts 2020 car il prend la défense des autres et ce malgré le rejet qu’il a reçu de la Suisse. Il devient ainsi un modèle pour nous tous, qui continuerons certainement à apporter de nombreuses et précieuses contributions à notre société à l’avenir.

Amine Diare Conde, Zürich Catégorie d'âge : moins de 30 ans

Andreas Nufer : un prêtre défenseur des personnes défavorisées

Pourquoi mérite-t-il le Prix du bâtisseur de ponts 2020 du NCBI ?

 

Andreas Nufer travaille comme pasteur dans l’Offene Kirche de Berne et dans la Heiliggeistkirchgemein de Bern. L’Offene Kirche de Bern s’engage en faveur des Droits de l’Homme et de la dignité de tous, en particulier des personnes défavorisées. En tant que plateforme d’échange et de lieu de rencontre, elle est impliquée dans les activités socio-politiques, sociales et culturelles actuelles. L’Offene kirche de Berne fait office de pont entre la ville et la région de Berne en travaillant comme association interreligieuse et interconfessionnelle et en plaçant également ceux qui sont en marge de la société au centre.

 

En plus de son travail de pasteur, Andreas Nufer a également lancé le Festival des cultures, luttant contre le racisme dans la ville de Berne. Le Festival des Cultures rassemble des artistes issus ou non de l’immigration qui travaillent ensemble contre le racisme.

 

En outre, Andreas Nufer a créé la fête de Noël, organisée par des femmes migrantes*. La pièce de Noël est jouée par des sans-papiers et des réfugiés, qui parlent tous leur langue maternelle.

 

Il coordonne actuellement les actions « Call by Name – 38739 Victimes de la forteresse Europe », qui se dérouleront autour de la Journée des réfugiés à Berne, Bâle, Zurich, Lucerne et St-Gall. Les noms de toutes les personnes mortes en fuyant vers l’Europe, seront lus à haute voix. Il y a eu 38739 décès documentés depuis 1993.

 

Il est coprésident de l’Association des centres de consultation bernois pour les sans-papiers, qui conseille et soutient les sans-papiers et défend leurs droits. Il est également coordinateur du réseau « migrationscharta.ch », qui met principalement en relation des théologiens de toute la Suisse et promeut la libre installation pour tous.

 

Pour tout cela, il mérite ce prix !

Andreas Nufer, Bern, Catégorie d'âge : plus de 30 ans

4.Les réfugiés et les locaux font du sport ensemble :

Annina Largo rend cela possible avec son club Sportegration

Pourquoi mérite-elle le Prix NCBI des bâtisseurs de ponts 2020 ?

 

Depuis 2016, l’association Sportegration offre aux réfugiés un lieu où ils peuvent faire du sport. Ils ont l’occasion d’échanger des idées avec d’autres participants et formateurs, qui aident à établir des contacts sociaux dans une atmosphère détendue. Dans le cadre de diverses formations gratuites, les réfugiés apprennent à connaître les gens du pays tout en transpirant ensemble, en se trouvant ainsi de nouveaux amis et un soutien important. Un accent particulier est mis sur les diverses activités sportives, le rapprochement des différentes cultures et le bien-être de tous les participants.

 

Annina Largo est une organisatrice incroyable qui a un grand cœur. Elle a développé le concept d’intégration sportive à un tel point qu’il comprend de nombreuses activités physiques différentes pour les réfugiés afin de soutenir le corps, l’esprit et l’âme et qu’il répond également aux besoins des femmes et des enfants. Son travail a permis de réunir de nombreuses Suissesses habitantes locales avec des réfugiés du monde entier, avec une passion commune pour le sport et l’exercice physique.

 

Annina Largo est une personne clef importante qui a fait progresser le concept d’intégration par le sport en surmontant à la fois les difficultés financières d’une nouvelle entreprise et les stéréotypes liés au travail avec les réfugiés. Elle intègre parfaitement ses fonctions de gestion des interactions personnelles et quotidiennes avec les formateurs et les stagiaires. Des histoires déprimantes de réfugiés sur les problèmes d’intégration sociale, de bien-être psychologique, la gestion des décisions d’asile et les difficultés dans la recherche d’emploi sont portées à l’attention d’Annina Largo. Annina Largo fait preuve d’une attention et d’une sensibilité particulières dans ces situations difficiles, elle écoute les réfugiés et est là pour eux. Annina Largo mérite ce prix pour son engagement !

 

Annina Largo, fondatrice et directrice générale de Sportegration Catégorie d'âge : plus de 30 ans

5.Basil Glanzmann conseille les auteurs de crimes sur la manière de vivre ensemble sans violence

Pourquoi mérite-t-il le Prix du bâtisseur de ponts 2020 du NCBI ?

Basil Glanzmann est le directeur de l’Unité Violence de Berne. Depuis 2003, le bureau conseille les personnes violentes du le canton. Cette Unité s’engage à promouvoir de manière professionnelle et efficace la coexistence non violente et s’attaque au problème là où il se pose : avec les personnes violentes. Ses tâches principales sont le conseil en matière de violence, le travail avec les auteurs et la prévention de la violence, qui sont proposés dans trois services : le conseil en matière de violence, les contacts courts, la sensibilisation et la formation.

Le souci de Basil Glanzmann est qu’une protection efficace des victimes rend nécessaire le travail avec les personnes qui utilisent la violence. Le travail avec les auteurs de délits est une façon de protéger les victimes et de s’attaquer au problème à la racine : Sans auteurs, il n’y a pas de victimes. M. Glanzmann est convaincu que les comportements violents peuvent être modifiés. L’unité spécialisée rejette clairement l’acte de violence, mais pas la personne qui l’a commis. Toutes les formes de thérapie sont basées sur cette idée. Assumer la responsabilité des actes violents commis est essentiel pour modifier les comportements et assurer le succès de l’accompagnement.

L’engagement de Basil Glanzmann est louable et mérite d’être récompensé par un Prix des constructeurs de ponts !

Basil Glanzmann, Berne, Catégorie d'âge : plus de 30 ans

6.Claudia Kaufmann lutte contre le racisme et la discrimination

Pourquoi mérite-t-elle le Prix NCBI des constructeurs de ponts 2020 ?

Claudia Kaufmann est médiatrice de la ville de Zurich depuis l’automne 2004 et occupera cette fonction jusqu’à l’été 2020. Dans ce rôle, elle s’est exprimée sur de nombreuses questions et a longtemps travaillé pour la justice et contre la discrimination. Tous les gens devraient être traités de la même manière et sans discrimination par la ville de Zurich ; si ce n’était pas le cas, Claudia Kaufmann était une ardente défenseuse. En 2011, elle a reçu le prix Fischhof pour son travail contre le racisme et les discriminations de toutes sortes.

Par exemple, Claudia Kaufmann a animé pendant de nombreuses années la table ronde contre le racisme de la police de la ville de Zurich, afin de promouvoir une meilleure compréhension entre la police et la population immigrée. Elle a gagné la confiance de toutes les parties dans cette zone de conflit et a contribué de manière significative a améliorer la réputation et les pratiques de la police de la ville de Zurich et à faire en sorte que le profilage racial puisse être discuté de manière de plus en plus ouverte et honnête. Pour cet effort, Claudia Kaufmann mérite le Prix NCBI des constructeurs de ponts 2020.

Claudia Kaufmann, Zurich, Catégorie d'âge : plus de 30 ans

7.Daniela Knecht et son projet de cœur « Temps de Loisirs collectifs entre amis »

Pourquoi mérite-t-elle le Prix NCBI des constructeurs de ponts 2020 ?

Pour sa thèse de licence en 2015, Daniela Knecht a traité de ses propres préjugés et du thème de l’empathie et a travaillé avec des réfugiés dans le cadre de divers projets. Cela a donné naissance à son projet de cœur « Temps de loisirs collectifs entre amis » (Kollektiv FmF, www.kollektiv-fmf.ch), une association dont elle est présidente. Elle voulait ainsi contribuer à un monde sans préjugés, sans inégalités et sans racisme. Le collectif FmF est une plateforme qui offre aujourd’hui un soutien dans la vie quotidienne à environ 150 personnes, principalement issues de l’immigration. En outre, le collectif permet aux gens de se connaître, de créer des liens et offre un espace pour passer du temps ensemble dans une atmosphère détendue et pour se soutenir mutuellement. L’association fournit des informations sur les événements locaux importants et gratuits, attire l’attention sur les droits et les opportunités et organise diverses réunions. Il s’agit d’apprentissages durant l’après-midi et de tutorat individuel, de soirées de cuisine et de jeux communes, d’ateliers ainsi que de pique-niques, de journées de randonnée et de luge – tout le monde peut s’impliquer et contribuer aux projets. Chacun voit une partie du monde, ensemble ils voient le tout. De nombreux petits échanges ont également lieu au domicile de Daniela Knecht. La présidente de l’association, Daniela Knecht, mérite le Prix du constructeur de ponts pour cet engagement polyvalent.

Daniela Knecht, Zurich Catégorie d'âge : moins de 30 ans

8.Evelyne Brogle et le Trace Group défendent les réfugiés

Pourquoi mérite-t-elle le Prix NCBI des constructeurs de ponts 2020 ?

Depuis quatre ans, un groupe de bénévoles travaille à l’intégration des familles de réfugiés dans la communauté de Walkringen, dans le canton de Berne, sous la direction d’Evelyne Brogle et de Sabine Arnold. Ces bénévoles ont fait un travail de pionnier en établissant, sans aide professionnelle, un système de référence sage et durable entre les réfugiés et le reste de la population du village. Cela comprend trois éléments importants : 1. rester fiable malgré le changement de personnes de référence ; 2. avec des tandems qui, à ce jour, offrent aux familles de réfugiés un programme sur mesure ainsi qu’un espace pour leurs propres initiatives ; 3. avec le principe de la boule de neige qui consiste à impliquer de nouvelles personnes et à promouvoir des relations autonomes. La grande réussite : la persévérance, de la culture d’accueil initiale à l’élaboration de solutions créatives, de l’activation des réseaux de villages à la capacité proactive de faire face au changement. Walkringen est considéré comme un « endroit difficile ». La communauté locale se retient. « Pas notre mission ». Appartiennent au groupe Spur : Ursula Röthlisberger, Marianne Metzger, Elisabeth Locher, Barbara Schwab, Silvio Gohl, Elisabeth Riklin, Karin Röthlisberger, Sylvia Leuenberger, Lucienne Jutzi, Sandra Herren, Rosette Schüpbach Peter Raich, Kathrin Schneider, Karin Oezgen. Pour cet engagement constant envers les réfugiés de son village, Evelyne Brogle mérite le Prix des constructeurs de ponts NCBI 2020 au nom du groupe Spur.

Evelyne Brogle, Berne Catégorie d'âge : plus de 30 ans

9. Fana Asefaw : une psychiatre qui travaille pour le peuple érythréen

Pourquoi mérite-t-elle le Prix NCBI des constructeurs de ponts 2020 ?

Le Dr Fana Asefaw, psychiatre pour enfants et adolescents, s’engage de manière large et polyvalente en faveur d’une meilleure compréhension entre les autochtones et les Érythréens, et cela au-delà de ses heures de travail. Elle est l’une des rares spécialistes en Suisse à pouvoir parler aux Erythréens en Tigrinya de leurs problèmes. Elle aide de nombreux réfugiés dans leur vie quotidienne à faire face aux traumatismes comme aucun autre médecin en Suisse et est donc indispensable. Son travail de médiation est largement diversifié : Avec des psychologues scolaires et des travailleurs sociaux, elle explique le contexte des exigences excessives de ses patients. Avec les parents, elle fournit des informations personnelles et persuade lorsqu’il s’agit de mesures concrètes. Ce médecin chaleureux et compétent est devenu un orateur recherché par les spécialistes de l’intégration.

Née en Érythrée, elle a grandi en Allemagne et se considère comme une citoyenne du monde. Elle a étudié la médecine et a rédigé sa thèse sur le sujet de l’excision à la Charité de Berlin, pour laquelle elle a reçu le prix de doctorat en gynécologie et psychosomatique de la Société allemande de gynécologie et d’obstétrique psychosomatiques (DGPFG) en 2008. Il y a dix ans, elle s’est installée avec sa famille en Suisse et travaille depuis lors comme médecin-chef en psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à la clinique ambulatoire Clienia à Winterthur. Elle est notamment spécialisée dans la psychiatrie transculturelle. En outre, elle dirige le centre de compétence pour la migration et le conseil dans son propre cabinet, qui offre principalement une prévention sanitaire psychologique et psychosociale pour les réfugiés. Fana Asefaw est de plus en plus active en tant que consultante, que ce soit pour les institutions sociales ou pour ceux qui cherchent des conseils sur les problèmes de migration, donne également des conférences – également en coopération avec NCBI – et participe à des échanges transculturels. En raison de toutes ces réalisations, elle mérite ce prix !

Fana Asefaw, Zurich Catégorie d'âge : plus de 30 ans

10.Frida Tapia encourage la rencontre et la compréhension entre les cultures dans le Fricktal (AG)

Pourquoi mérite-t-elle le Prix NCBI des constructeurs de ponts 2020 ?

Frida Tapia a dirigé le projet « mit.dabei-Fricktal » de 2016 à 2019. Aujourd’hui, elle travaille comme spécialiste de l’intégration au bureau d’intégration « mit.dabei-Fricktal » et a initié de nombreuses choses depuis lors.

Le projet « mit.dabei-Fricktal » a été lancé en 2012 dans le cadre du programme fédéral « Periurban – vivre ensemble dans les zones rurales ». Elle a encouragé la participation de tous les groupes de population à la vie publique par le biais d’informations ciblées et de la mise en réseau. En collaboration avec des personnes clefs et d’autres acteurs, de nombreuses mesures d’intégration ont été élaborées. Le projet a favorisé la rencontre entre les cultures et un échange constructif entre les acteurs* et les offres existantes pour mieux vivre ensemble. Après l’achèvement réussi du projet, « mit.dabei-Fricktal » est devenu un bureau d’intégration régionale pour un total de 21 municipalités depuis janvier 2020.

Une attention particulière est accordée au vaste réseau de personnes clefs que « mit.dabei-Fricktal » a mis en place en 2016. Les personnes clefs sont des migrants qui sont depuis longtemps sur le chemin de l’intégration en Suisse. Ils ont une fonction de passerelle importante dans la promotion de l’intégration. Ils connaissent la culture locale, la langue et le mode de vie en Suisse, mais aussi le contexte culturel et la langue des migrants et de leurs pays d’origine. Cela leur permet de jouer un rôle de transmission important. Les personnes clefs dans le Fricktal sont très souvent déployées pour s’adresser au groupe linguistique et culturel respectif et pour soutenir les migrants dans le processus d’intégration.

Frida Tapia a étudié la sociologie au Pérou et y a travaillé comme assistante de recherche et chef de projet dans le domaine de la coopération au développement. En Suisse, elle a suivi une formation de spécialiste de l’intégration et a travaillé au centre de compétence pour l’intégration de la ville de Berne jusqu’à ce qu’elle rejoigne « mit.dabei Fricktal » en 2016. Depuis 2011, elle participe également à des projets de volontariat pour les enfants des rues. Pour tout son engagement, elle mérite ce prix !

Frida Tapia, Argovie Catégorie d'âge : plus de 30 ans

11.Gabriela Walser facilite l’entrée des jeunes dans le monde du travail

Pourquoi mérite-t-elle le Prix NCBI des constructeurs de ponts 2020 ?

Gabriela Walser est la directrice générale de l’association LIFT. Le programme d’intégration et de prévention LIFT est l’interface entre l’école primaire et la formation professionnelle. Le projet LIFT pour les jeunes prépare à leur entrée dans la vie professionnelle les jeunes ayant une situation de départ difficile, issus de familles défavorisées sur le plan éducatif ou social, ainsi que les jeunes ayant des difficultés scolaires. Les jeunes de la 7ème à la 9ème année ont la possibilité de faire des travaux légers pendant deux à trois heures chaque semaine dans une entreprise commerciale pendant les vacances scolaires afin d’améliorer leurs compétences personnelles et sociales. Les emplois hebdomadaires dans les entreprises locales sont bénévoles. Les jeunes sont sélectionnés par les enseignants responsables selon les critères de LIFT et sont bien préparés et accompagnés pour leurs missions dans les entreprises par des spécialistes de l’école. LIFT permet ainsi aux jeunes d’avoir une première expérience du monde du travail et améliore ainsi leurs perspectives de carrière.

Le projet LIFT pour les jeunes a été lancé en 2006 par le professeur Mario von Cranach, fondateur de l’association NSW-RSE Network for Socially Responsible Business. En 2015, LIFT a été transformé en une association distincte. LIFT démarre plus tôt que la plupart des autres projets d’insertion professionnelle de jeunes et agit donc de manière préventive contre un chômage des jeunes qui se profile à l’horizon. Gabriela Walser travaille pour LIFT depuis 2006 avec un grand engagement, des compétences de négociation et de l’expérience, et maintient les finances de l’organisation en bon état. Gabriela Walser et son équipe ont connu une croissance énorme. Un projet qui n’était mis en œuvre que dans 17 écoles il y a une dizaine d’années est aujourd’hui appliqué dans plus de 300 écoles (en mai 2020 : 304 écoles) dans toute la Suisse, dans les trois régions linguistiques. Ainsi, plus de 2500 élèves* peuvent bénéficier de LIFT chaque année. Gabriela Walser et son équipe LIFT méritent le prix NCBI 2020 des constructeurs de ponts pour leur engagement !

Gabriela Walser, Berne Catégorie d'âge : plus de 30 ans

12. Gerda Hauck et son engagement en faveur de l’intégration

Pourquoi mérite-t-elle le Prix NCBI des constructeurs de ponts 2020 ?

Depuis 1981, les thèmes : réfugiés et intégration occupent une place importante dans la vie de Gerda Hauck. Elle a travaillé comme bénévole, comme employée de Caritas, comme responsable de l’intégration de la ville de Berne et comme présidente de la Maison des Religions.

De 2002 à 2014, elle a vécu le long et passionnant processus de la « Maison des religions – Dialogue des cultures » à Berne, de l’idée à sa réalisation, et a contribué à la façonner avec une vision forte de coexistence pacifique entre les différentes religions et cultures. Pendant dix ans, de 2007 à 2017, elle s’est consacrée à son travail de présidente de la « Maison des religions » avec beaucoup de passion, d’ouverture et de compétence. Il y a déjà 25 ans, elle a cofondé NCBI. Gerda Hauck mérite cet honneur pour son engagement soutenant, encourageant, fédérateur, clairvoyant, professionnel et bénévole en faveur de l’intégration des personnes de cultures et de religions différentes à Berne et dans les environs. 

Gerda Hauck, Berne Catégorie d'âge : plus de 30 ans

13.Huruy Gherezghiher : pour lui, l’information est la clé de l’intégration

Pourquoi mérite-t-il le Prix des constructeurs de ponts 2020 du NCBI ?

 

Huruy Gherezghiher est la personne de contact pour les écoles, les agences spécialisées et les bureaux à Uznach et dans la région de la Linth lorsqu’ils ont besoin d’un interprète interculturel. Il a ainsi déjà aidé plusieurs mineurs non accompagnés et demandeurs d’asile.

 

Huruy Gherezghiher pense toujours en termes de solutions et construit des ponts entre les agences spécialisées et les réfugiés, dont les deux parties peuvent bénéficier. Il est important pour lui que les professionnels et les réfugiés soient suffisamment informés, car l’information permet une compréhension mutuelle qui, en fin de compte, peut réduire les préjugés. Huruy Gherezghiher est convaincu que l’information est la clé de l’intégration des nouveaux arrivants. Par exemple, il a préconisé la création d’un séminaire de spécialistes NCBI dans la région de Linth pour les spécialistes disposant d’informations sur la population érythréenne. Il a lui-même participé au séminaire. À son initiative, une association d’intégration érythréenne a été fondée dans la région de Linth. Cette association organise des événements d’information pour les Érythréens sur différents sujets.

 

Ce n’est que récemment qu’il a participé aux journées d’action contre le racisme. Uznach et la région ont mis l’accent sur la cohabitation dans la diversité. Il a participé au projet de portrait photo en tandem et a été invité à la table ronde sur les histoires de migration. Dans le journal Linth, Huruy Gherezghiher a été décrit comme « le constructeur de ponts ».

 

Huruy Gherezghiher est engagé, fiable, digne de confiance, amical, correct, diplomatique et objectif. Il aide tous les gens, quel que soit leur couleur, leur race ou leur religion principale. Il défend la vérité et est un modèle. Il jouit de la confiance des professionnels et est la personne de contact pour les réfugiés. Pour son grand engagement dans la région de la Linth, il mérite le prix des constructeurs de ponts.

Huruy Gherezghiher, Saint-Gall Catégorie d'âge : plus de 30 ans

14. Haile Kassa ne se repose pas sur ses lauriers dans la lutte contre les préjugés

Pourquoi mérite-t-il le Prix des constructeurs de ponts 2020 du NCBI ?

Haile Kassa pourrait être décrit comme la personnification de la décomposition des préjugés. Il a travaillé dur sur lui-même pour y parvenir – et maintenant il le fait professionnellement. Chez Netzwärk, il aide maintenant les gens à enlever leurs « lunettes culturelles » et à remettre en question leur comportement appris. Il est important pour lui que vous ne partiez pas de votre propre hypothèse sur ce qui est bien ou mal, mais que vous vous demandiez pourquoi vous agissez ainsi. Haile Kassa sait que tous les gens ont appris les préjugés dès leur plus jeune âge, mais il s’est donné pour objectif de les travailler en tant que formateur et de contribuer à leur révision.

Outre son rôle professionnel, il est également formateur bénévole à Euforia, où il dirige le travail communautaire avec différentes communautés ethniques. Il croit fermement que lorsque les gens assument la responsabilité de leur défi, ils prendront des mesures pour le relever. Pour cette raison, il s’engage et développe des programmes de responsabilisation des communautés, comme Community imp!act à Euforia. Son but est d’encourager les gens à devenir actifs et a créer eux-mêmes des projets. Ses critères sont que les projets doivent responsabiliser les individus, renforcer les communautés et être respectueux de l’environnement. Mais Haile est et reste actif et veut faire beaucoup plus pour le peuple. Pour son engagement dans la lutte contre les préjugés, Haile Kassa mérite le Prix du constructeur de ponts 2020.

Haile Kassa, Zurich Catégorie d'âge : moins de 30 ans

15. Heike Schmitz propose plus qu’un cours d’allemand pour les migrants

Pourquoi mérite-t-il le Prix NCBI des constructeurs de ponts 2020 ?

Mme Schmitz mérite le Prix des constructeurs de ponts car elle travaille depuis plus de douze ans à l’intégration des participants à ses cours « L’allemand comme deuxième langue pour les migrants ». Elle soutient également ses élèves dans leurs difficultés quotidiennes. Dans ses cours, elle fait découvrir la culture suisse aux participants. Cela se fait également à l’aide d’extensions de l’espace social, comme des promenades dans la ville, des visites de musées, des visites du RAV et des explications de termes suisses-allemands. Elle est également heureuse d’aider ses étudiants s’ils ont des difficultés avec le processus de naturalisation ou d’autres questions administratives et les prépare spécifiquement aux tests de langue. Les nombreux commentaires positifs des anciens élèves montrent que Mme Schmitz est extrêmement efficace dans son travail et apporte une contribution précieuse à l’intégration des migrants en Suisse, et qu’elle construit en fait de nombreux ponts. Pour toutes les raisons mentionnées ci-dessus, Heike Schmitz mérite le Prix NCBI des constructeurs de ponts !

Heike Schmitz, Zurich Catégorie d'âge : plus de 30 ans

16. Jonathan Kreutner veut utiliser le dialogue pour faire tomber les préjugés avant qu’ils ne surgissent

Pourquoi mérite-t-il le Prix des constructeurs de ponts 2020 du NCBI ?

Jonathan Kreutner fait tomber les préjugés et lutte depuis des années contre l’hostilité envers les juifs et les musulmans. En tant que secrétaire général de la Fédération suisse des communautés juives (SIG), la plus grande organisation faîtière juive de Suisse, il a établi des relations de coopération avec de nombreuses organisations musulmanes. Ensemble, il a élevé sa voix à plusieurs reprises en public contre la discrimination et pour une coexistence coopérative et pacifique. Dans cette optique, il accompagne et soutient le projet NCBI « Respect » depuis des années, tant en termes de contenu que d’expertise. Avant de rejoindre SIG, Jonathan Kreutner était directeur général de la Fondation contre le racisme et l’antisémitisme GRA et, à ce titre, membre du conseil d’administration de NCBI.

Avec humour et connaissance, avec patience et ténacité, il s’engage pour une Suisse meilleure avec moins de préjugés contre les minorités religieuses. C’est pourquoi Jonathan Kreutner mérite le prix des constructeurs de ponts 2020.

Jonathan Kreutner, Zurich Catégorie d'âge : plus de 30 ans

17. Kaser Alasaad s’engage en faveur de la compréhension interreligieuse

Pourquoi mérite-t-il le Prix des constructeurs de ponts 2020 du NCBI ?

Kaser Alasaad est l’imam de la plus grande mosquée du canton de Zurich. Lui-même a fui la Syrie il y a quelques années. Il s’est engagé à la compréhension interreligieuse et à la réduction des préjugés entre les membres des différentes communautés religieuses, également en coopération avec le NCBI. Pour Kaser Alasaad, il est important d’enseigner aux musulmans/manes un Islam modéré. Un élément central de cette démarche est de respecter, d’estimer et d’apprécier les personnes d’autres religions. Son souci est d’amener les différents courants islamiques de différents pays à un dénominateur commun et de permettre à chacun d’être un-e musulman-e croyant-e à ne pas avoir à vivre dans une société parallèle. La foi ne doit pas être un obstacle à l’intégration.

Ses connaissances et sa foi lui donnent le courage et la sagesse nécessaires pour faire face à des situations difficiles. Il écoute attentivement, réfléchit beaucoup et agit avec respect et cohérence. La Suisse a besoin de plus de gens comme l’imam Kaser Alasaad. C’est pourquoi Kaser Alasaad mérite le prix NCBI des constructeurs de ponts 2020.

Kaser Alasaad, Zurich Catégorie d'âge : plus de 30 ans

18. Lars Wolf:  médiateur et professeur d’éducation religieuse à l’école Margarethen

Pourquoi mérite-t-il le Prix des constructeurs de ponts 2020 du NCBI ?

À l’école primaire Margarethen, Lars Wolf travaille comme professeur d’éducation religieuse – spécialisé dans l’apprentissage interreligieux – et médiateur scolaire interculturel. Lars Wolf est très populaire auprès des enfants, des parents et des enseignants. Il est très apprécié tant comme enseignant spécialisé, que comme personne et comme collègue de travail.

Dans sa fonction de médiateur, Lars Wolf offre aux enfants ainsi qu’aux parents des conseils et un accompagnement dans les situations de conflit. La médiation est une offre facile à utiliser en cas de conflit et de crise. Dans cette fonction, il mène des entretiens sur les conflits pour les parents, les enfants et des groupes plus importants. Grâce à lui, les élèves de l’école Margarethen sont également formés comme artisans de la paix. En tant qu’artisans de la paix, les élèves jouent un rôle important dans la réduction de la violence à l’école.

En outre, Lars Wolf dirige les forums de parents depuis 2017. Les forums de parents sont des soirées de parents où les parents peuvent s’instruire et échanger des informations sur des sujets relatifs à l’éducation à tous les niveaux. Au cours de l’année scolaire, trois forums de parents sont organisés. Grâce à ces forums, enseignants et parents se sont rapprochés.

Lars Wolf organise également les cafés du conte qui ont lieu dans le cadre des forums de parents. Les mères et les pères se rencontrent à l’école et partagent leur histoire scolaire individuelle. Des parents de cultures et d’environnements sociaux différents entrent ainsi en contact. Normalement, la seule chose qu’ils ont en commun dans la vie quotidienne est le fait que leurs enfants fréquentent la même école. Avec le café narratif, l’interaction de confiance et d’appréciation se fait à hauteur des yeux, ce qui favorise également l’intégration. En raison de toutes ces réalisations, Lars Wolf mérite ce prix !

Lars Wolf, Bâle Catégorie d'âge : plus de 30 ans

19. Lisa Kesselring fait tomber les préjugés

Pourquoi mérite-t-elle le Prix NCBI des constructeurs de ponts 2020 ?

Lisa Kesselring est impliquée en tant que coordinatrice et assistante dans diverses associations et organisations à but non lucratif qui œuvrent pour les réfugiés dans divers projets. Elle consacre une grande partie de son temps libre à travailler pour l’intégration et contre les préjugés dans le cadre de tels projets. Au fil des ans, elle a noué de nombreuses et solides relations avec des réfugiés avec lesquels elle est amie et qu’elle rencontre régulièrement – même en dehors de son travail en tant que bénévole.

Lisa Kesselring a suivi les cours du NCBI et est bénévole dans divers projets du NCBI. Elle fait actuellement des études de travail social et travaille à 40% de son temps chez Infoklick.ch dans le domaine du développement de l’enfant et de la jeunesse – elle y travaille pour le bureau régional de Soleure. Elle aimerait s’engager dans un pays en voie de développement et offrir un avenir aux enfants et aux jeunes. Lisa Kesselring mérite le Prix des constructeurs de ponts 2020 parce qu’elle noue des amitiés sur un pied d’égalité avec les jeunes réfugiés, qui ont souvent peu de contacts avec leurs pairs locaux, et qu’elle s’engage en leur faveur sans condition.

Lisa Kesselring, Soleure Catégorie d'âge : moins de 30 ans

20. Mariann Zutt Pritchett veut promouvoir l’intégration

Pourquoi mérite-t-elle le Prix NCBI des constrcteurs de ponts 2020 ?

Mariann Zutt a travaillé comme assistante sociale dans la paroisse réformée de Bethléem et a participé au travail de quartier à Berne-Bethléem, qui est devenu un quartier multiculturel au cours des dernières décennies. Mariann Zutt a mis en place plusieurs projets qui ont été fréquemment visités depuis lors.

Par exemple, elle a lancé le café d’intégration, le « Café mondiaL ». Ce café est devenu un point de contact pour de nombreux migrant-e-s car il leur donne la possibilité de trouver un chemin vers la vie professionnelle.

Elle a également fondé la rencontre interculturelle des mères de Berne Ouest, qui a reçu le prix de l’intégration de la ville de Berne en 2008. Lors de la rencontre interculturelle des mères de Berne Ouest, les questions quotidiennes relatives à l’éducation, la santé, l’école et la vie familiale sont discutées avec les femmes migrantes. La Rencontre des mères aide également de nombreuses femmes migrantes à s’insérer sur le marché du travail suisse en renforçant et en promouvant leurs compétences. La rencontre des mères de Berne Ouest joue également un rôle majeur dans la prévention de la violence quotidienne.

Et lorsque le Centre des mères de Berne Ouest a été en crise, il a été sauvé grâce au fantastique travail de Mariann Zutt. Elle a réorganisé ce Centre, qui n’a depuis lors cessé de prospérer et qui est un lieu de rencontre important pour de nombreuses femmes migrantes et leurs enfants.

En outre, Mariann Zutt a cofondé le « Stammtisch der Religionen ». Sur la liste des habitués, des personnes de religions et de confessions les plus diverses se rencontrent et peuvent échanger leurs points de vue sur leurs questions de foi de manière très personnelle.

Depuis des années, Mariann Zutt, en tant que présidente de l’association interculturelle Së bashku (signifie « Ensemble »), s’est engagée dans la réalisation d’un centre de jour pour les personnes handicapées au Kosovo, afin de contribuer à l’amélioration de la qualité de vie de ces personnes.

Mariann Zutt a également coordonné le travail des médiateurs culturels de Berne Ouest. Il s’agit de personnes qui vivent en Suisse depuis longtemps et qui, en tant que personnes dites clefs, ouvrent l’accès à la culture suisse à leurs « compatriotes ». Grâce à cette coopération, le travail de Mariann Zutt a porté et continue de porter ces fruits aussi variés et riches.

Pour ces projets et tous les autres – non mentionnés ici pour des raisons de place – elle mérite ce prix !

Mariann Zutt, Berne Catégorie d'âge : plus de 30 ans

21. Marianne Kilchenmann travaille pour Sans-Papiers

Pourquoi mérite-t-elle le Prix NCBI des constructeurs de ponts 2020 ?

Depuis 15 ans, Marianne Kilchenmann fait office de pionnière au Centre de consultation pour les sans-papiers de Berne, consultations dont bénéficient des milliers de personnes qui vivent en Suisse sans permis de séjour régulier. C’est avec beaucoup de passion et un savoir-faire exceptionnel qu’elle a mis sur pied la clinique de proximité et qu’elle continue à créer des ponts importants entre les personnes concernées – souvent dans des situations très précaires – et les autorités. Elle apporte un soutien à la souscription d’une assurance maladie ou à l’introduction d’une demande pour les cas difficiles, tentant ainsi de rendre la vie un peu plus agréable à ces personnes qui vivent très secrètement et donc de manière invisible. En outre, elle sensibilise les politiciens et le public au fait que des personnes sans papiers vivent parmi nous.

Le centre de conseil pour les sans-papiers de Berne a été fondé en 2005. Elle conseille et informe les personnes qui vivent en Suisse sans autorisation de séjour. Elle effectue également un travail de sensibilisation et d’information dans la région de Berne. Le but de l’association est d’améliorer la situation sociale et juridique des sans-papiers, notamment par des conseils et un soutien individuel, la collecte et la documentation des problèmes quotidiens, la mise en confiance entre et pour les sans-papiers, le lobbying politique et le travail d’information. Pour son engagement, elle mérite ce prix !

Marianne Kilchenmann, Berne Catégorie d'âge : plus de 30 ans

22. Markus Fritzsche et Theo Leutenegger: deux médecins des foyers d’accueil pour réfugiés au service de la justice

Pourquoi méritent-ils le Prix NCBI 2020 pour les constructeurs de ponts ?

Markus Fritzsche et Theo Leutenegger sont des médecins de foyers d’accueil pour réfugiés qui ont accompli de grandes choses ce printemps pendant la période du Corona. Ces deux médecins du canton de Zurich ont soutenu activement et publiquement la prévention sanitaire en temps de Corona pour les réfugiés rejetés respectivement à Adliswil et à Urdorf.

À Adliswil, comme à Urdorf, la situation du logement des réfugiés qui sont rejetés est très précaire. À Adliswil, les familles et les femmes vivent dans des conteneurs, tandis qu’à Urdorf, les hommes vivent dans un bunker souterrain. Les deux médecins ont remis en question à temps les actions du canton et des services d’asile, car les directives de l’OFSP – comme la distance de deux mètres – ne pouvaient pas être respectées dans les centres de renvoi qui sont étroits avec toilettes et cuisines communes. En tant que professionnels de la santé, ils ont personnellement pris des risques afin d’attirer l’attention des autorités puis du public sur la situation. Suite à leur « whistleblowing » – -dénonciation des abus – c’est-à-dire une remise en question publique des actions des autorités – le canton a pris des mesures préventives supplémentaires pour offrir une protection un peu plus efficace aux réfugiés en attente d’un renvoi.

Le rôle du médecin de foyer d’asile n’est pas facile : malheureusement, les réfugiés n’ont que partiellement droit aux soins médicaux. Cela signifie que les réfugiés sont constamment déçus par un traitement minimal. Markus Fritzsche et Theo Leutenegger méritent le Prix des constructeurs de ponts 2020 pour leurs efforts courageux !

Dr Markus Fritzsche, Adliswil ZH Dr Theo Leutenegger, Dietikon ZH Catégorie d'âge : plus de 30 ans

23. Œuvrer pour une plus grande acceptation des personnes LGBTQ+

Pourquoi Markus Trachsel, au nom de tous les bénévoles de du-bist-du, mérite-t-il le prix NCBI des constructeurs de ponts 2020 ?

 

Markus Trachsel est le responsable du programme « du-bist-du » qui signifie « tu es toi », un programme de l’Unité de santé sexuelle de Zürich. du-bist-du promeut la santé mentale et physique des jeunes LGBTQ+ ainsi que des jeunes qui ne sont pas sûrs de leur orientation sexuelle et/ou romantique et/ou de leur identité de genre.

 

50 bénévoles du « du-bist-du » investissent énormément d’heures de leur temps libre pour éclairer et sensibiliser la société et offrir un échange. En plus des conseils personnels entre pairs pour les autres jeunes LGBTQ+, ils sont activement impliqués dans la société pour faire tomber les préjugés et promouvoir l’acceptation. Les volontaires planifient, organisent et développent des méthodes et des instruments qui sont mis en œuvre lors d’événements pour la jeunesse et d’autres grandes occasions. Ils entrent en contact avec les jeunes, sont visibles, transmettent de manière ludique leurs connaissances sur le sujet et parlent de leurs propres expériences. Ils ont également fait campagne politiquement pour un « oui » le 9 février 2020, lors d’un vote en Suisse sur l’extension de la protection contre la discrimination. Pendant plusieurs semaines, ils ont mobilisé les passants dans 13 petites villes pour qu’ils votent « oui ».

 

Tous les volontaires sont jeunes et appartiennent à la communauté LGBTQ+. Ils utilisent leur énergie et leur force pour stabiliser les ponts existants, les élargir et en construire de nouveaux. Leur objectif est que les jeunes LGBTQ+ aient un jour la vie plus facile qu’avant et qu’ils l’aient encore en partie. Ce prix serait une appréciation de leur incroyable engagement envers la communauté LGBTQ+ et la société en général. C’est pourquoi Markus Trachsel, représentant pour tous les bénévoles de du-bist-du – « tu es toi », mérite ce prix !

Markus Trachsel, du-bist-du (Tu es toi), Zurich Catégorie d'âge: moins de 30 ans

24. Nathalie Flubacher fait de la lutte contre les préjugés une affaire de tous

Pourquoi cette personne mérite-t-elle le prix NCBI 2020 des constructeurs de ponts ?

 

Nathalie Flubacher, infirmière formatrice à la Croix Rouge Vaudoise et formatrice de cours chez NCBI, a créé et donne une formation sur l’interculturalité qu’elle adapte à différents publics. Elle a formé tout le personnel de son institution, l’ensemble du personnel de résidences pour personnes âgées et les intervenants du Secteur d’Aide à la Famille de la Croix Rouge Vaudoise. C’est encore dans la formation continue des bénévoles de la Croix Rouge et d’autres associations de son canton qu’elle intervient depuis de nombreuses années.

Les réflexions partagées questionnent les préjugés et les font reculer dans les actions menées auprès des bénéficiaires et dans les équipes. Ainsi la collaboration créatrice et génératrice de bien-être gagne du terrain. Nathalie Flubacher se réjouit de lancer son nouveau projet dans deux maisons de quartier lausannoises et de participer à la semaine d’actions contre le racisme de 2021.

C’est parce qu’elle s’adresse à chacun, en toute simplicité et fait de la lutte contre les préjugés l’affaire de tous que nous l’avons nominée.

Nathalie Flubacher, Vaud Catégorie d'âge : plus de 30 ans

25. Nejirvan Hussein ne renonce jamais à promouvoir l’intégration des réfugiés

Pourquoi mérite-t-il le Prix des constructeurs de ponts 2020 du NCBI?

Ayant lui-même fui la région kurde de Syrie, Nejirvan Hussein s’engage auprès de ses compatriotes et des autres réfugiés afin de favoriser leur intégration. Il a un talent pour les langues, c’est pourquoi il a également aidé de nombreuses personnes en tant qu’interprète.

Dans le cadre du projet de participation du NCBI « Our Voices », il a aidé de nombreux réfugiés à faire entendre leur voix sur d’importantes questions d’intégration. Le projet « Unsere Stimmen » est une coalition d’environ 35 réfugiés. En 2019, les réfugiés ont sélectionné quatre sujets importants pour eux, ont suivi une formation complémentaire, ont rencontré des experts et ont élaboré des recommandations. Ainsi, ils font entendre leur voix dans la discussion afin de promouvoir l’intégration. Ces recommandations ont été développées plus avant et portées à la connaissance du public et des décideurs lors de divers événements et d’auditions auto-organisées. Nejirvan a représenté efficacement les recommandations de « Nos Voix » sur l’éducation, l’intégration professionnelle, l’assistance sociale et les personnes déboutées lors de nombreux événements et a sensibilisé de nombreuses personnes à la situation des réfugiés.

Bien qu’il ait connu de nombreux blocages dans sa propre intégration, il n’abandonne jamais et trouve un autre moyen d’avancer, pour lui-même et pour les autres réfugiés. Pour son engagement diversifié, il mérite ce prix !

Nejirvan Hussein, Zurich Catégorie d'âge : moins de 30 ans

26. Nicole Stehli veut que nous, en Suisse, vivions ensemble sur un pied d’égalité

Pourquoi mérite-t-il le Prix NCBI de la bâtisseuse de ponts 2020 ?

Nicole Stehli travaille depuis plus de 10 ans comme pédagogue sociale, pédagogue du théâtre et communicatrice avec les personnes en marge de notre société. La philosophie de Nicole Stehli est que chaque personne a une grande valeur ainsi que de nombreuses capacités. Mais les deux sont souvent dissimulés sous une épaisse couche de poussière chez les personnes qui se tiennent en marge de notre société, de sorte que ni eux ni leurs proches ne peuvent le voir. C’est le souhait de Nicole Stehli de travailler avec exactement ces personnes pour aider à essuyer cette couche de poussière et à lui redonner son éclat.

Il y a six ans, Nicole Stehli a fondé le théâtre pour réfugiés « Malaika ». Il s’agit d’un projet de théâtre et d’intégration qui réunit des réfugiés et des habitants du pays pour des activités communes. Les pièces, qui sont écrites et jouées sur scène, fusionnent les cultures des Malaikas. On peut ainsi trouver des similitudes et des différences entre les cultures. Les Malaikas se réunissent régulièrement pour jouer au théâtre, danser, cuisiner et pour d’autres activités de loisirs. Avec leur pièce « Malaikas on the road », ils ont même été invités au Théâtre «  » de Zurich et ont également joué trois fois au Théâtre Bernhardde Zurich. Pour cet engagement, la création d’un lieu où chacun-e est le/la bienvenu et où les gens sont heureux, Nicole Stehli mérite le le Prix de la bâtisseuse de ponts.

Nicole Stehli, Zurich Catégorie d'âge : plus de 30 ans

Rahim Mohammadzadeh : « Ce n’est pas possible » ne fait pas partie de son vocabulaire

Pourquoi mérite-t-il le Prix du bâtisseur de ponts 2020 du NCBI ?

Rahim Mohammadzadeh a une attitude positive, il affirme sa vie et travaille toujours pour les autres. On pourrait presque oublier dans quelles conditions personnelles difficiles il vit. Rahim/Arash Mohammadzadeh vit dans des centres d’asile en Suisse depuis 3 ans. Il a appris l’allemand rapidement et très bien. Il suit une formation de spécialiste de migration et effectue un stage dans le domaine de la migration. Il est actif avec « Nos Voix » au NCBI Suisse. Pendant son « temps libre », il participe à des activités administratives et énergiques visant à améliorer la vie des demandeurs d’asile et des autres migrant-e-s. Il utilise entre autres ses compétences en informatique et aide d’autres personnes ayant des problèmes techniques, organise des réseaux locaux sans fil pour les foyers et des ordinateurs portables pour les écoliers. Il distribue également de la nourriture et des masques gratuits, enseigne l’allemand et informe et communique là où il le peut. Dans sa situation difficile, il trouve toujours une solution créative. « Ce n’est pas possible » ne fait pas partie de son vocabulaire. Il est toujours authentique, joyeux et serviable. C’est pourquoi il mérite ce prix !

Rahim Mohammadzadeh, Argovie Catégorie d'âge : plus de 30 ans

28. Shadi Omar soutient activement les réfugiés

Pourquoi mérite-t-il le Prix du bâtisseur de ponts 2020 du NCBI ?

Shadi Omar a fui la Syrie vers la Suisse. En Suisse, il a rapidement appris l’allemand à l’école autonome de Zurich ainsi que de manière indépendante. Il a participé activement à l’aide apportée à de nombreux réfugiés, par exemple en traduisant des lettres. Il a travaillé à l’école autonome de Zurich, s’est formé dans le domaine de l’informatique malgré de nombreux obstacles et a participé au projet « Nos voix » de NCBI. Le projet de participation « Nos voix » est une association d’environ 35 réfugiés. En 2019, les réfugiés ont sélectionné quatre sujets qui leur tiennent à cœur et ont élaboré des recommandations à leur intention. Ainsi, ils font entendre leur voix dans la discussion afin de promouvoir l’intégration. Ces recommandations ont été rendues publiques et présentées aux personnes qui ont le pouvoir de prendre des décisions  lors de divers événements et d’auditions auto-organisées. Pour ces engagements, il   mérite le Prix du bâtisseur de ponts ! !

Shadi Omar, Zurich Catégorie d'âge : plus que 30 ans

29. Tarek Naguib mène des recherches et s’engage à combattre la pensée raciste

Pourquoi mérite-t-il le Prix du bâtisseur de ponts 2020 du NCBI ?

En plus de son rôle de conférencier, Tarek Naguib est actif dans divers contextes en tant que militant. La principale préoccupation de Tarek Naguib est de s’attaquer au racisme, à l’absurdité et aux autres formes de discrimination. Il veut comprendre ce qui fait que nous portons tous en nous des modes de pensée discriminatoires et lutter contre celles-ci..

Tarek Naguib est avocat, chercheur et professeur à la Haute école zurichoise des sciences appliquées ZHAW, spécialisé dans la législation anti-discrimination. Ses sujets comprennent la théorie critique de la race, les études juridiques sur le handicap et les études juridiques sur le genre. Il est co-fondateur du Réseau suisse de recherche sur la discrimination et milite au sein de l’Alliance contre le profilage racial et de l’Institut Nouvelle Suisse. Avec d’autres auteurs*, il a écrit le livre « Racial Profiling – Structural Racism and Anti-Racist Resistance ». Il utilise ses possibilités pour traiter et combattre les griefs sociaux. Tarek Naguib mérite donc le Prix du bâtisseur de ponts 2020.

Tarek Naguib, Berne/Saint-Gall Catégorie d'âge : plus de 30 ans

30. Theodora Leite Stampfli aide les femmes migrantes à renforcer leurs ressources

Pourquoi mérite-tellel le Prix NCBI de la bâtisseuse de ponts 2020 ?

Theodora Leite Stampfli est responsable du programme de politique migratoire au sein du cfd (organisation féministe pour la paix). Dans ce domaine, elle met en œuvre divers projets d’autonomisation dans lesquels les ressources et les compétences des femmes migrantes en Suisse sont renforcées de manière participative. Les femmes migrantes sont accompagnées et conseillées afin d’utiliser leur indépendance et leurs opportunités sur le marché du travail. De nombreuses femmes ayant un passé de migration ont trouvé un soutien dans ces projets. Theodora Leite a créé un réseau au cfd qui aide les femmes migrantes à rendre leurs compétences et leurs qualifications visibles. Pour cet engagement, Theodora Leite Stampfli et le département Politique de migration du cfd méritent le le Prix NCBI de la bâtisseuse de ponts de  NCBI Suisse.

Theodora Leite, Berne Catégorie d'âge : plus de 30 ans

31. Tugba Kara et l’association TransEducation

Pourquoi méritent-ils le Prix 2020 du NCBI pour la construction de ponts ?

Le chef de projet Tugba Kara et son organisation « TransEducation » travaillent sur la prévention, la discussion et l’éducation sur des sujets liés à l’Islam. D’une part, l’association souhaite que les jeunes qui sont déstabilisés par les images actuelles de l’Islam comprennent et apprennent à voir l’Islam ; d’autre part, elle veut promouvoir les échanges interreligieux en ce qui concerne l’Islam. TransEducation veut contrer l’islamophobie et en même temps empêcher la radicalisation par le discours.

Le nom TransEducation exprime l’intention de « transférer l’éducation » ou « d’amener l’éducation d’un endroit à un autre ». L’association s’occupe de questions d’actualité et vise à soulager les jeunes de l’incertitude. Selon le point de vue de TransEducation, les opinions radicales, qu’il s’agisse d’extrémisme religieux ou d’islamophobie, résultent précisément de ces incertitudes. L’association poursuit les objectifs susmentionnés en lançant ou en commandant des activités et des projets. Elle organise notamment des cours de formation et de perfectionnement ainsi que des offres socioculturelles sur le thème de l’Islam ; elle initie, accompagne et évalue des projets et des activités de travail de jeunesse parmi les jeunes ; elle mène des projets interreligieux de formation, de perfectionnement et de travail de jeunesse pour les jeunes musulmans et non musulmans et participe à la coopération correspondante. Le dernier projet de l’association s’appelle « IslamicMediaClub » et est un podcast en allemand destiné aux jeunes intéressés par l’éducation à l’Islam. Pour cela, Tugba Kara mérite le le Prix 2020 du NCBI pour la construction de ponts  au nom de l’organisation « TransEducation ».

Le Tugba Kara Catégorie d'âge : plus de 30 ans

32. Werner Boxler est engagé dans la lutte contre la violence domestique

Pourquoi cette personne mérite-t-elle le prix NCBI 2020 du constructeur de ponts ?

Werner est membre du comité de l’association « Ruban Blanc Suisse » qui s’engage dans la mission à éliminer la violence à l’égard des femmes et des jeunes d’ici à 2030. Il est  son Représentant pour le canton de Vaud, particulièrement au niveau des hommes (www.ruban-blanc.ch).

Il est coach de vie et anime régulièrement des groupes d’hommes selon le modèle de Guy Corneau. A cela s’ajoutent des ateliers et des retraites intitulés « Homme fier – homme réconcilié ». Ces activités permettent aux hommes de se redéfinir, d’accueillir leur masculinité et de la mettre au service d’autrui par un engagement authentique et solidaire (www.facilitateur.org)

Pour cet engagement, Werner Boxler mérite ce prix !

 

Werner Boxler, Vaud Catégorie d'âge : plus de 30 ans

33. Yahya Dalib s’engage pour l’intégration des Somaliens* en Suisse

Pourquoi mérite-t-il le Prix du bâtisseur de ponts 2020 du NCBI ?

Yahya Dalib Ahmed est co-fondateur et co-président de l’organisation Help Somali, qui était jusqu’à présent gérée sur une base volontaire et qui a reçu le prix de promotion de l’intégration de la ville de Berne en 2012. L’organisation fête cette année son 10e anniversaire. En plus des projets en Somalie, l’Organization Help Somali gère un point de contact pour la médiation et le conseil à Berne et aide les Somaliens à s’établir en Suisse. Il offre des conseils à bas seuil dans toutes les questions de la vie quotidienne et fournit un soutien en matière de traductions et de médiation culturelle. Le point de contact est régulièrement visité par des particuliers et des familles. Grâce à l’expérience acquise par le point de contact et aux contacts établis, d’autres projets ont été mis en œuvre avec succès : « des familles fortes malgré la tradition », un projet de planning familial pour les familles somaliennes vivant en Suisse et « bulsho la qabsi », un groupe de discussion pour les pères somaliens. Deux clubs de football et de sport somaliens ont ainsi vu le jour grâce au soutien du point de contact de la ville de Berne. C’est toujours un défi de favoriser le contact entre un pays d’accueil et les personnes qui y ont migré. C’est pourquoi Yahya Dalib Ahmed mérite cette nomination, car il est engagé et passionné pour combler ce fossé également précédemment dans les cours du NCBI. Le Prix du bâtisseur de ponts 2020 serait un hommage bien mérité à son engagement de longue date, qui a déjà aidé tant de Somaliens à mieux s’orienter en Suisse.

 

Yahya Dalib Ahmed, Berne Catégorie d'âge : plus de 30 ans

34. Florine Massy met tout en œuvre pour qu’une famille ukrainienne ne soit pas expulsée

Pourquoi mérite-t-elle le Prix du bâtisseur de ponts 2020 du NCBI ?

Florine Massy est la présidente de l’association DOM (https://www.dommusic.ch/dom).

Cette association et son comité de 5 personnes soutient activement une famille ukrainienne menacée d’expulsion :

Arrivés en Suisse en 2004, Yaroslav Ayvazov et Vera Korolova, ukrainiens d’origine, ont fondé une famille dans notre pays. Installés à Noiraigue, dans le Val-de-Travers (NE), depuis 2008, les deux musiciens de talents, et leurs 3 enfants, sont menacés d’expulsion depuis fin 2014. Le couple n’avait pas de contrat de travail fixe, leur permettant de prétendre à un permis de séjour. Leurs trois enfants ne connaissent que la Suisse et ne parlent pas la langue officielle du pays d’origine de leurs parents.

Pourtant, l’autorité fédérale (Secrétariat d’Etat aux Migrations) refuse le renouvellement de leur permis de séjour, malgré le préavis positif du canton.

Le Val-de-Travers et les musiciens de la région se sont mobilisés pour leur venir en aide. Une pétition a été signée par plus de 6’000 personnes en seulement 2 mois.

Au mois de janvier 2020, un comité formé de Florine Massy, Viviane Jeanneret, Markus Wider, Dominique Ionescu ez Elisabeth Würgler a fondé l’association « DOM » à Noiraigue qui signifie « maison » en russe. L’association, qui compte une trentaine de membres actifs, a été créée pour que Yaroslav puisse promouvoir ses activités musicales & artistiques et obtenir un permis de travail afin de maximiser ses chances de contrer la décision d’expulsion.

http://www.canalalpha.ch/actu/une-famille-de-musiciens-ukrainiens-risque-lexpulsion/

 

Florine Massy, Neuchâtel Catégorie d'âge : plus de 30 ans

35. Jessen Voide et Théo Schlegel au Parlement des Enfants de Sainte-Agnès à Sion

Pourquoi ces personnes méritent-t-elles le prix NCBI 2020 des constructeurs de ponts ?

Jessen Voide et Theo Schlegel participent au Parlement des Enfants de Sainte-Agnès. Ce faisant, ils agissent comme des artisans de la paix et veulent promouvoir l’élimination des préjugés et la résolution des conflits. En tant que membres du Parlement des Enfants, Jessen Voide et Theo Schlegel soutiennent les droits de l’enfant. Ils veulent notamment permettre aux enfants de s’exprimer librement et de participer.

Jessen Voide a 12 ans. Il vit à Mase (Valais) et il est le Président du Parlement des enfants. À ce titre, il anime les sessions et organise les discussions. Il donne la parole à ceux qui souhaitent prendre part à un débat, veille au respect de l’ordre du jour et représente l’ensemble des enfants vis-à-vis des adultes.

Theo Schlegel a également 12 ans. Il vit à Vouvry (Valais) et il est le Vice-Président du Parlement des enfants. A ce titre, il lit le procès-verbal, assiste le Président et le représente en son absence.

Treize garçons et filles participent au Parlement des Enfants. Ils ont entre six et treize ans et sont des enfants ayant des besoins spéciaux. Certains enfants présentent des troubles du spectre autistique, des problèmes de comportement, des difficultés familiales ou des problèmes de gestion de leurs émotions. Parmi eux, Jessen et Théo, qui ont eu de grandes difficultés à l’école et aussi des relations parfois tendues avec leurs parents. Cependant, grâce au Parlement des Enfants, ils ont fait de grands progrès et ont pu se développer et s’épanouir. Tous les enfants sont intégrés, quels que soient leurs problèmes, en se concentrant sur les ressources de chacun et non sur leurs limites.

Les enfants parlementaires sont élus par leurs pairs lors d’élections à bulletins secrets. Leur mission est de promouvoir un bon climat scolaire en donnant aux enfants la possibilité de s’exprimer et de participer. Le Parlement des enfants crée des espaces dans lesquels la participation, la coopération et le vivre ensemble sont encouragés. Il favorise l’apprentissage de la démocratie, il crée les conditions pour apprendre à s’exprimer. Le Parlement donne à la voix de l’enfant une place dans la société. Il permet aux enfants de participer activement à la vie institutionnelle et de l’améliorer. Le Parlement des enfants développe l’esprit de paix et de tolérance. Il permet aux enfants d’avoir une voix et une influence collectives. Pour ces raisons, le Parlement des Enfants de Sainte-Agnès, représenté par Jessen Voide et Théo Schlegel, mérite ce prix !

Jessen Voide et Théo Schlegel, Parlement des Enfants, Sion/Valais âge: 12 ans

36. Barbara Mosca : En randonnée avec des migrants* et des locaux

Pourquoi mérite-t-il le Prix NCBI de la bâtisseues de ponts 2020 ?

Il y a cinq ans, Barbara Mosca a eu une idée brillante avec Katrin Sperry. Elle voulait partager avec d’autres personnes son enthousiasme pour la randonnée, cette activité de loisir sociale et saine. En même temps, elle savait, grâce à ses nombreuses années de travail bénévole dans le domaine de la migration, que beaucoup de gens connaissent à peine leur nouveau pays d’origine et n’osent pas, pour diverses raisons, faire un voyage d’exploration par eux-mêmes. Elle a donc eu l’idée de lancer le projet « Randonnée pour tous ».

Depuis lors, les femmes et hommes suisses et migrant-e-s* font des randonnées ensemble une dizaine de fois par an. Les excursions ont lieu dans les environs de Berne. Au début, une dizaine de personnes seulement y ont participé, mais le nombre de participants a rapidement augmenté. Entre temps, jusqu’à 40 personnes de différentes origines et de différents âges y participent. Pendant les randonnées, les pique-niques sont pris ensemble et parfois la randonnée est combinée avec la visite d’un musée ou d’autres activités. Les promenades sont organisées par l’équipe,  sont gratuites et tout le monde est le bienvenu.

Le projet permet aux migrant-e- de nouer facilement de nouveaux contacts et de parler allemand. Les migrant-e-s et les locaux se rencontrent, échangent des idées et vivent l’excursion commune dans la nature comme un enrichissement.

En attendant, il existe un site web https://wandern-fuer-alle.ch et un blog https://wandernfueralle.wordpress.com. De petits groupes et des tandems linguistiques se sont développés à partir du groupe de randonnée, qui se rencontrent également en dehors des heures de randonnée habituelles. Barbara Mosca a créé avec des moyens simples et avec beaucoup de joie de vivre un vase et une ambiance qui font germer les rencontres. C’est pourquoi elle mérite ce prix !

Barbara Mosca, Berne Catégorie d'âge : plus de 30 ans

37. Alima Diouf est plein d’énergie pour les migrant-e-s

Pourquoi mérite-t-elle le Prix NCBI de la bâtisseues de ponts 2020 ?

Alima Diouf s’engage énergiquement en faveur des migrant-e-s de la région de Bâle. Elle est une femme d’action et aide là où elle le peut. Alima Diouf est à l’écoute de tous, jouit d’une grande confiance et est très bien acceptée. Elle lutte résolument contre les préjugés et s’engage pour une meilleure vie en commun.

 

Alima Diouf a fondé l’association « les migrants aident les migrants » (MhM) 2015. En tant que point de contact, l’association met en œuvre des mesures concrètes et orientées vers l’action pour lutter contre les conflits, la violence, le racisme, la discrimination, la xénophobie et les préjugés. Concrètement, l’association cherche à transmettre aux migrant-e-s des connaissances sur la vie quotidienne en Suisse et, si nécessaire, à les soutenir dans leurs démarches auprès des autorités. Alima Diouf organise également des camps de vacances pour les familles défavorisées, une campagne contre les préjugés « Nous faisons partie de la Suisse » et propose des cours d’allemand de la couture, d’informatique et des festivals interculturels. Les cours proposés et le soutien à la transformation des conflits dans les familles, entre les cultures et les religions et entre les personnes concernées et celles qui sont impliquées sont également remarquables. L’association tente également de rassembler le plus grand nombre possible de nationalités afin de promouvoir la diversité culturelle et la compréhension mutuelle. L’association soutient ainsi la compréhension mutuelle et l’acceptation des cultures d’accueil et étrangères par des offres créatives. « Les migrants aident les migrants » a constitué un vaste réseau au-delà de la région de Bâle et a établi un haut niveau de confiance avec des personnes de différentes cultures et nationalités. L’entraide et l’auto-organisation sont des composantes évidentes de l’association.

 

Dans le domaine de la prévention de la violence, Alima Diouf a organisé des ateliers pour les migrants de avec la police et le secrétariat du district de Petit-Bâle. Ces programmes de coopération entre les migrants et la police sont un argument de vente unique dans ce domaine. Les migrants sont informés par la police, dans différents groupes linguistiques, de leurs droits et devoirs lors des contrôles de police, mais aussi des comportements à risque. En retour, l’objectif est de reprendre les accusations de profilage racial dans l’espace public et de les traiter à hauteur d’œil.

 

Dans le domaine de l’intégration, peu avant la crise de Corona, elle a lancé une chaîne vidéo « Integrations TV Basel » – sans soutien financier – pour informer directement les migrants dans leur propre langue des mesures et des offres d’aide. En raison de tous ces services, elle mérite ce prix !

Alima Diouf, Bâle Catégorie d'âge : plus de 30 ans

38. L’équipe Migram promeut la santé et les compétences éducatives des familles défavorisées

Pourquoi mérite-t-ils le Prix NCBI du bâtisseur de ponts 2020?

L’accès aux services de santé est souvent très difficile pour les personnes en situation difficile qui sont défavorisées en raison de leur pauvreté, de leur origine migratoire ou d’autres restrictions sociales. Ces groupes de population ont une espérance de vie plus faible et souffrent de deux fois plus de maladies que les personnes qui n’ont pas ces défis. Les hommes issus de l’immigration sont six fois plus susceptibles de renoncer à des services médicaux que les hommes sans antécédents de migration. Afin de pouvoir améliorer la santé de ces groupes de population vulnérables sur le long terme, Béatrice Kriwanek et son équipe Migram poursuivent l’approche ambitieuse d’améliorer l’accessibilité de ces groupes. Sur la base des déterminants de la santé, on sait qu’une stratégie clé peut être l’autonomisation des communautés sociales ou des collectivités. Migram a adopté cette approche et a créé une équipe de personnes clés :

Birtukan Demssie, Fakhita Dakhel, Geetha Anandaruban, Heike Mala, Hula Sultan, Regina Wälti et Kemal Sönmez forment ensemble l’équipe Migram. Ils sont sur la route en tant que personnes clés et visitent des familles qui ne peuvent être atteintes par les stratégies conventionnelles de promotion de la santé et de prévention. Les personnes clés rendent visite aux familles dans des lieux publics ou à leur domicile et les encouragent à prendre des mesures concrètes. Par exemple, les parents sont soutenus dans leurs compétences en matière de santé et d’éducation, car les parents ont une influence importante sur les compétences de leurs enfants en matière de santé. Les personnes clés diffusent des connaissances sur la santé, réduisent les craintes et facilitent les contacts. Depuis la mise en œuvre du projet pilote 2017 de la Fondation Bernoise pour la santé, dans le cadre duquel environ 217 contacts ont été établis en 3 mois et indirectement 290 enfants ont été touchés, le nombre total de contacts est passé à plus de 600, touchant près de 700 enfants. Ces dernières semaines, en particulier dans le cadre de la situation de Corona, les personnes clés ont fait un travail extraordinaire. Ils ont traité les connaissances, réduit les craintes, facilité les contacts et joué le rôle de personnes de contact, de personnes de confiance et d’interlocuteurs en cette période d’incertitude.

La responsable du projet, Beatrice Kriwanek, coordonne le groupe Migram et le soutient en arrière-plan. C’est pourquoi Béatrice Kriwanek-Ruh, au nom de toute l’équipe Migram, mérite ce prix !

Beatrice Kriwanek-Ruh et l'équipe Migram, Berne Catégorie d'âge : plus de 30 ans

39. Jeanne Allemann aide les femmes et les jeunes filles à fixer des limites claires

Pourquoi mérite-t-elles le Prix NCBI de la bâtisseues de ponts 2020 ?

 

Jeanne Allemann est pédagogue sociale, formatrice Wen-Do et directrice de psychodrame.

Depuis plus de 25 ans, elle propose des cours d’autodéfense et d’autonomisation Wen-Do pour les femmes et les jeunes filles à Berne, leur permettant de mieux défendre leurs droits et leur intégrité sur le plan physique et de la communication. Wen-Do est une méthode d’autodéfense et d’autonomisation physique et mentale développée dans les années 1970 par des femmes pour les femmes. Jeanne Allemann tente de combiner le Wen-Do avec le psychodrame et d’introduire ainsi de nouvelles stratégies de comportement et d’action auprès des personnes concernées. D’une part, elle travaille avec l’affirmation de soi-même, le langage corporel, les gestes et un langage clair et distinct afin de pouvoir imposer les limites souhaitées dans la vie de tous les jours. D’autre part, elle utilise des techniques physiques simples pour transmettre un sentiment de sécurité au quotidien, ce qui permet au client de retrouver une vie quotidienne normale.

 

Nombreux de ces cours s’adressent aux femmes issues de groupes particulièrement vulnérables. Ce groupe comprend les femmes handicapées, issues de l’immigration ou en prison. Avec son travail, Jeanne Allemann apporte une contribution importante à la lutte contre les agressions sexuelles.

 

Jeanne Allemann propose également des refuges pour femmes et a mis en place un téléphone d’urgence. En outre, elle a régulièrement dirigé des thérapies de groupe dans des cliniques spécialisées dans la toxicomanie pendant douze ans, ainsi que des conseils individuels pour les femmes et les filles victimes de violence. L’accompagnement se concentre sur les besoins des différentes situations de vie. Elle mérite ce prix pour tout son engagement !

 

Jeanne Allemann, Berne Catégorie d'âge : plus de 30 ans

40. Les étudiant-e-es du lycée proposent des cours d’allemand volontaires pour les réfugiés

Pourquoi mérite-t-ils le Prix NCBI du bâtisseur de ponts 2020 ?

 

Depuis mai 2017, le projet « L’allemand pour les réfugiés » est en cours au lycée de Wohlen. Il a été initié par l’équipe de l’UNESCO de l’école et est dirigé par le professeur de religion Peter Lötscher. Il est destiné à faciliter les rencontres respectueuses et les activités communes entre les élèves et les réfugiés et, en particulier, à fournir un soutien à l’intégration linguistique par le biais de cours d’allemand hebdomadaires et de conversation. Ce n’est que grâce à l’engagement hebdomadaire et à l’investissement en temps d’un grand nombre d’étudiants bénévoles que cette offre a pu être maintenue gratuitement. Pendant la période du Corona, l’offre s’est faite en ligne. Pour ces raisons, Fabia Büscher mérite le prix NCBI de bâtiseur de pont 2020 au nom de tous les étudiant-e-s du projet « L’allemand pour les réfugiés » au lycée de Wohlen.

Fabia Büscher et les élèves du projet "L'allemand pour les réfugiés", Argovie Catégorie d'âge : moins de 30 ans

41. TERRE DES FEMMES Suisse lutte contre la violence envers les femmes et promeut l’égalité des sexes.

Pourquoi mérite-t-elles le Prix NCBI de bâtisseues de ponts 2020 ?

TERRE DES FEMMES Suisse est une organisation féministe qui travaille sur la violence contre les femmes et pour l’égalité des sexes. Elle s’emploie à ce que la violence soit nommée, rendue visible et combattue. A cette fin, TERRE DES FEMMES Suisse soutient les personnes touchées par la violence à l’égard des femmes, forme des spécialistes, sensibilise le public et effectue un travail politique. Elle prône une vie autodéterminée pour toutes les femmes et les filles – indépendamment de leur sexe, de leur statut de résidence, de leur orientation sexuelle, de leur religion, de leur classe sociale, de leur santé ou d’autres facteurs.

Simone Eggler a travaillé pendant 12 ans à TERRE DES FEMMES Suisse sur la violence sexiste et est maintenant responsable du travail politique. Pour ce travail universel et précieux, Simone Eggler mérite le Pris NCBI pour la bâtisseuse de ponts 2020 au nom de l’organisation TERRE DES FEMMES Suisse !

Simone Eggler, Berne Catégorie d'âge : plus de 30 ans

42. « De n’importe d’où » offre une plate-forme de rencontres

Pourquoi méritent-ils le Prix 2020 du NCBI pour la construction de ponts ?

La réunion allemande de l’association « De n’importe d’où » a été fondée en 2016 par Marino Galli, Alex Lehmann et Sinodos Bahta. Ce lieu de rencontre à bas seuil est soutenu par de jeunes volontaires* et a lieu une fois par semaine à la Kulturhaus Tommasini de Lenzburg.

Le programme d’intégration initialement improvisé s’est développé au fil des ans pour devenir une plateforme polyvalente d’échanges et de rencontres interculturels. En plus de la réunion hebdomadaire allemande, l’association organise également des fêtes et des excursions. L’accent est toujours mis sur l’acquisition de la langue et sur l’orientation dans la société d’accueil. Le succès ne se mesure pas au nombre de participants, mais plutôt à la qualité du soutien. Afin de s’orienter constamment vers les besoins des participants, des emplois ou des appartements sont parfois recherchés, une aide aux devoirs ou une garde d’enfants est proposée. Le lieu de rencontre allemand « De n’importe d’où » permet des rencontres respectueuses à hauteur d’œil et un échange social entre la population de Lenzburg et les réfugiés. Depuis sa fondation, des amitiés durables se sont développées entre les réfugiés et les aides. Cette offre ne peut être fournie gratuitement que grâce aux efforts inlassables du groupe de 10 à 15 bénévoles.

Pour cet engagement, Marino Galli, représentant Alex Lehman, Sinodos Bahta et tous les bénévoles de « De n’importe d’où » méritent ce prix !

Marino Galli de "Vo Ergendwo", Argovie Catégorie d'âge : moins de 30 ans

43. Issa Abdullahi : un bâtisseur de ponts entre les continents

Pourquoi mérite-t-il le Prix du bâtisseur de ponts 2020 du NCBI ?

Depuis 2003, Abdullahi Issa est engagé dans l’intégration des étrangers d’Afrique. Il est le fondateur du Forum suisse africain SAF. Le Swiss African Forum a été fondé en 2003 en tant qu’organisation cadre pour les intérêts des personnes d’origine africaine vivant en Suisse. L’association organise divers événements qui favorisent l’intégration.

Issa Abdullahi et le Forum africain suisse sont également spécifiquement liés à NCBI Suisse : NCBI soutient un projet de dialogue du SAF avec différents corps de police du canton de Zurich en termes de contenu et d’organisation. L’échange entre les personnes d’origine africaine et les policiers a lieu lors de discussions, de cours de formation continue, mais aussi de manière très informelle, par exemple lors d’un barbecue ou en jouant au football ensemble. Ainsi, les préjugés sont brisés et les rencontres parfois difficiles dans les lieux publics sont meilleures.

Pour cet engagement, Abdullahi Issa mérite le Prix de bâtisseure de ponts 2020″.

Issa Abdullahi Catégorie d'âge : plus de 30 ans

44. Khaldoun Dia-Eddine est un bâtisseur de ponts vers le monde arabe

Pourquoi mérite-t-il le Prix du bâtisseur de ponts 2020 du NCBI ?

Khaldoun Dia-Eddine ne dirige pas seulement le Centre for « Middle East and Africa Business » de la Haute école spécialisée de Zurich (ZHAW), mais il occupe également d’autres fonctions dans lesquelles il s’engage pour la vie des musulmans en Suisse et leur perception publique : il est par exemple directeur scientifique du Musée des civilisations de l’Islam à La-Chaux-de-Fonds, siège au conseil consultatif du Centre de l’Islam de l’Université de Fribourg, et est vice-président de la FIDS, la Fédération des organisations cadres islamiques en Suisse. Sa position de membre du conseil d’administration de l’IRAS-COTIS est un exemple de ses activités interreligieuses. En tant que figure de proue de la plus grande organisation faîtière musulmane de Suisse, il travaille avec d’autres pour réduire les préjugés et surtout l’hostilité anti-musulmane et anti-juive. Il a ainsi établi des relations importantes au sein de la communauté musulmane ainsi qu’avec la communauté juive,qui sont également présentées dans l’exposition itinérante du projet NCBI « Respect ». Ensemble, ils font entendre leur voix en public et aussi à plus petite échelle pour promouvoir la compréhension mutuelle et la coexistence pacifique. Il le fait avec diplomatie et courage, avec humour et perspicacité et aussi par le biais de publications humoristiques interculturelles. C’est pourquoi Khaldoun Dia-Eddine mérite le prix  » constructeur de ponts  » en 2020.

Khaldoun Dia-Eddine, Brugg Catégorie d'âge : plus de 30 ans

45. L’équipe de l’Association des médias érythréens veut réduire les préjugés contre les Érythréens en Suisse

Pourquoi mérite-t-ils le Prix du bâtisseur de ponts 2020 du NCBI ?

L’équipe de l’Association érythréenne des médias – composée de Yonas Gebrehiwet, Christian, Fischer, Giulia Satiro, Okbaab Tesfamariam, Ana Scheu, Senait Hadish, Rahel Dawit et Samira Amos – sont bénévoles pour les Erythréens* en Suisse depuis 2015. Ce sont des personnes très différentes, engagées et intelligentes, que l’on aime bien connaître. L’Association des médias érythréens est un projet formidable car il donne une voix aux personnes érythréennes* en Suisse. Souvent, on ne parle que des personnes ayant un passé migratoire, mais on ne leur demande que rarement leur propre opinion. L’Association des médias donne une voix à ces personnes. La participation aux discussions publiques est une forme qui, si elle est utilisée correctement, réduit les préjugés, favorise la compréhension et fournit ainsi une forme de contact.

Par leur respect et leur ouverture dans leur travail avec le peuple érythréen, ils motivent de nombreuses personnes à prendre leur vie en main, mais aussi à construire de nombreux ponts en soutenant les journalistes dans leurs recherches, en coopérant avec des agences spécialisées, en informant les Érythréens sur des sujets concernant la couronne, l’intégration et d’autres questions et en les formant à des programmes d’autonomisation.

Outre leur travail au sein de cette association, les membres de l’Association des médias mènent également une vie familiale, professionnelle ou étudiante et sont actifs dans diverses autres associations et projets. C’est pourquoi toute l’équipe de la de l’Association des médias érythréens mérite ce prix !

Yonas Gebrehiwet, Christian Fischer, Giulia Satiro, Okbaab Tesfamariam, Ana Scheu, Senait Hadish, Rahel Dawit et Samira Amos, Zurich Catégorie d'âge : moins de 30 ans

46. Les personnes clés de Toolbox permettent de jeter un pont entre la migration et la population autochtone

Pourquoi méritent-ils le Prix 2020 du NCBI pour la construction de ponts ?

Depuis 2010, le bureau d’intégration « Toolbox » dispose d’un réseau de 15 personnes clés qui, gratuitement contre une compensation symbolique, jouent un rôle important dans le travail d’intégration dans le canton d’Argovie. Les personnes clés sont des personnes migrantes qui possèdent les compétences linguistiques et interculturelles de leur communauté d’origine, qui ne sont que partiellement disponibles dans les municipalités et les ONG. Ils ont une fonction de passerelle importante dans la promotion de l’intégration. En outre, ils connaissent les habitudes de vie de la Suisse et de leur pays d’origine et sont bien connectés entre la population migrante et suisse. Des personnes clés sont déployées pour s’adresser au groupe linguistique et culturel respectif et pour soutenir les migrants dans le processus d’intégration.

Sasha Stojmenovski est bénévole pour la Boîte à outils depuis 10 ans. Il traduit en macédonien et en bulgare lors des réunions parents-professeurs à l’école et lors des séances de conseil dans la boîte à outils. Sasha Stojmenovski est également le nouveau président du CO pour le festival « Rencontre des cultures », qui a lieu tous les deux ans et qui attire en moyenne 2000 visiteurs.

Kerly Fontanive est également bénévole à la Toolbox depuis 10 ans. Elle traduit en espagnol lors des réunions parents-professeurs à l’école et lors des séances de conseil dans la boîte à outils. Kerly participe régulièrement à des soirées de parents d’élèves à l’école et à des manifestations d’information. Elle participe activement à des projets qui ont été développés en collaboration avec la Boîte à outils.

Les personnes clés de Toolbox ont reçu de nombreux prix en reconnaissance de leur engagement pour leurs nombreux projets, événements d’information et séances de conseil. Par conséquent, Sasha Stojmenovski et Kerly Fontanive, en tant que constructeurs de ponts exemplaires représentant toutes les personnes clés de la Toolbox, méritent ce prix !

Sasha Stojmenovski et Kerly Fontanive représentant l'ensemble du personnel clé de Toolbox, Argovie Catégorie d'âge : plus de 30 ans

47. Josephine Niyikiza inspire les gens

Pourquoi mérite-tellesl le Prix NCBI de la bâtisseuesde ponts 2020 ?

Josephine Niyikiza est engagée dans l’intégration des personnes depuis plus de 10 ans. C’est une femme remarquable. Par exemple, elle a enseigné à une femme africaine qui était analphabète. Elle voit les défis, cherche des solutions, aide les gens avec enthousiasme – c’est ainsi que l’association africaine et le tout nouveau projet « love4all » ont vu le jour. En 2014, Josephine Niyikiza a fondé l’Association africaine à Rapperswil-Jona. L’association encourage les efforts d’intégration des personnes d’origine africaine vivant en Suisse.

Josephine Niyikiza est toujours à la base, ne perd jamais le contact avec les gens et s’engage auprès d’eux. Pour son engagement, elle mérite le prix NCBI de bâtisseuse de ponts 2020.

Josephine Niyikiza, Rapperswil-Jona SG Catégorie d'âge : plus de 30 ans

48. Madeleine Greutner encourage l’intégration des personnes d’origine africaine

Pourquoi mérite-t-ellel le Prix NCBI de la bâtisseuse de ponts 2020 ?

Madame Madeleine Greuter est membre du conseil d’administration et participe à l’Association africaine à Rapperswil-Jona. L’association africaine de Rapperswil-Jona encourage l’intégration des personnes d’origine africaine. L’association recherche activement des solutions pour la compréhension mutuelle entre les différentes cultures et soutient la coexistence sociale, en particulier l’échange entre les étrangers et les Suisses. Par le biais de diverses activités, l’association encourage les efforts d’intégration des personnes d’origine africaine vivant en Suisse. Elle se considère comme une plate-forme d’échange et de compréhension mutuelle et agit donc comme une bâtisseues de ponts. Madeleine Greuter, au nom de l’association africaine Rapperswil-Jona, mérite ce prix pour cet engagement.

Madeleine Greuter, Rapperswil-Jona SG Catégorie d'âge : plus de 30 ans

49. Judith Bühler vit pour vivre ensemble

Pourquoi mérite-t-elles le Prix NCBI de la bâtisseues de ponts 2020 ?

Judith Bühler a cofondé l’association JASS pendant ses études. L’idée de JASS est née après une preuve de réussite dans la rédaction scientifique, dans laquelle elle a traitél’hostilité contre les musulmans en Suisse. La discussion approfondie l’a amenée à l’idée de fonder une association pour la tolérance et donc pour une communauté inclusive. Depuis 2001, Judith organise également des événements culturels et sociaux dans toute la Suisse alémanique. En plus de son travail à temps partiel à la JASS, Judith est responsable du département de l’intégration de la région de Bade. Elle est également vice-présidente du NCBI, conférencière invitée à la ZHAW et, à l’occasion, bénévole dans diverses organisations qui œuvrent pour le bien de notre société.

Judith Bühler travaille professionnellement et bénévolement pour améliorer la société. Elle soutient les jeunes adultes dans la réalisation de leurs projets grâce à ses conseils d’expert à la JASS, brise les préjugés et, dans son travail de conférencière, s’engage pour une meilleure coexistence. Avec elle, l’être humain est au centre de l’attention. Pour son engagement et son travail, elle mérite le Prix de bâtisseuse de ponts 2020.

Judith Bühler, Zurich Catégorie d'âge : plus de 30 ans

50. « Un grand engagement et du cœur pour les demandeurs d’asile ».

Pourquoi mérite-tellel le Prix NCBI de la bâtisseuse de ponts 2020 ?

Shahbano Momand est active au Bistro Interculturel de Nidwalden depuis près de deux ans. Elle participe aux rencontres allemandes et s’implique activement dans les « tables de femmes » en Dari. Elle soutient les personnes de sa langue maternelle en les accompagnant et en interprétant pour elles. Lors des réunions d’échange, elle exprime de manière proactive des idées d’activités de bistrot et fait parfois la cuisine lors d’un événement.

Le Bistro Interculturel de Nidwalden encourage la compréhension entre des personnes d’origines différentes en organisant des rencontres, des réunions et des événements éducatifs. Les personnes qui travaillent au Bistro Interculturel de Nidwalden font beaucoup de travail pour et avec des personnes ayant un passé de migration et leur acceptation dans leur nouveau lieu de résidence. Cela est particulièrement important dans un canton rural comme Nidwald. Pour ce précieux travail, Shahbano Momand, au nom de Bistro Interculturel, mérite le Prix du bâtisseuse de ponts NCBI 2020 !

Shahbano Momand, Nidwald Catégorie d'âge : moins de 30 ans

51. Naveed Khan s’est engagé en faveur des jeunes musulman-e-s en Suisse en tant que président de l’UMMAH – Muslim Youth Switzerland

Pourquoi mérite-t-il le Prix des constructeurs de ponts 2020 de NCBI ?

Naveed Khan a été président de l’UMMAH, Muslim Youth Switzerland, jusqu’à la fin de l’année dernière. L’équipe UMMAH est une association de jeunes gens de différentes origines du canton de Zurich et offre une plate-forme où les jeunes musulman-e-s peuvent faire connaissance, échanger des idées, se soutenir mutuellement et se réunir au-delà des frontières ethniques. L’UMMAH est également impliquée dans le dialogue interreligieux et a organisé des événements de dialogue entre juifs et musulmans – également avec le projet NCBI « Respect ». L’association se considère comme une communauté religieuse et professionnelle suisse-musulmane d’adolescents et de jeunes adultes, qui s’engage en faveur des jeunes, femmes et hommes. Son principal objectif est de servir de plate-forme de mise en réseau pour les jeunes musulman-e-s de Suisse et de représenter, cibler et défendre leurs intérêts et préoccupations. En même temps, l’association sert de point de contact pour les organisations, les entreprises, les universités, les écoles et les autorités pour les préoccupations, les questions et les problèmes concernant la jeunesse et l’Islam. En tant que musulman-e-s suisses, il est essentiel pour l’UMMAH de transmettre des connaissances pertinentes sur l’islam en allemand. Pour ses nombreuses années de travail en tant que président de l’association, Naveed Khan mérite le prix des constructeurs de ponts 2020 au nom de tous ceux qui ont travaillé et travaillent encore pour l’UMMAH.

Naveed Khan, Zurich Catégorie d'âge : moins de 30 ans

This poll is no longer accepting votes

Online Voting Brückenbauer*innenpreis